lundi 3 octobre 2011

Des souvenirs de Tampere

J’ai un rapport spécifique à Tampere qui remonte à la periode des chocs pétroliers il y une trentaine d’années. Je travaillait alors en consultant à Tampella, l’entreprise puissante fabricant des équipements pour l’industrie de la cellulose. Je consultait dans un projet pour developper un processus industriel pour produire de l’alcool, pour remplacer l’essence, à partir des déchets cellulosiques industriels, domestiques et agricoles comme la matière première. Le projet se basait sur le procédé que j’avait developpé au Centre de la Recherche de Technologie (VTT) en poste de professeur de recherche. J’ai donné ma démission de cette poste pour proposer et faire initier ce projet-ci à Tampella.

La période de sept années comme consultant à plain temps à Tampella était le temps passionnant. Venu du monde plus ou moins academique j’avait la chance dans un petit groupe enthousiastique à Tampella de suivre l’evolution de mes idées peu à peu vers la réalisation à l’échelle industrielle. Le procédé etait nommé "Tampella-Pohjola" prosessi et est bréveté dans pratiquement tous les pays industriels du monde.

Pendant ces années-là je circulait en voiture environ une fois par semaine entre Kirkkonummi et Tampere excepté la période dans The Institute of Paper Chemistry (IPC) à Appleton Wisconsin où je travaillait pendant une année, toujours en consultant de Tampella, dans un groupe qui faisait de la reherche avant-garde sur la structure du molecule de la cellulose cristallisée. La sihouette de la ville de Tampere en approchant de lui du sud me devenait familière, comme faisait cet endroit tout au centre de la cité où se trouvaient les usines de Tampella et Finlayson au bord des rapides de Tammerkoski et qui s’appelle aujourd’hui Koskikeskus. J’ai été toujours impressé par cet harmonie où convivait, au milieu de la ville, les usines et les autres immobiliers. Normalement les installations industriels sont situées dans des endroits periphériques pour ne pas causer nuisance.