mardi 5 avril 2011

Voici quelques idées spontanées sur les craintes.

Que-est que c’est qu’on a peur ? Évidemment on sent la menace. À partir de la menace, réelle ou imaginée, on construit un scénario, ou plusieurs scénarios alternatifs dépendant de sa capacité d’imaginer, de quelque chose de mal qui pourra se produire. On a peur qu’un de ces scénarios se réalisent. Serré par ces craintes, que peut-on faire pour se sentir heureux ?

Il est clair que toute menace ne peut pas être éliminée. On est obligé de développer des moyens de gérer ses craintes. Avec la menace inévitable il y a deux voies à choisir, l’accepter comme la part constitutive de la réalité mais en avoir la connaissance autant complète que possible, ou la néantir, c’est à dire, se faire croire, individuellement ou collectivement, que la menace n’existe pas.

La menace inévitable qui est la plus difficile pour l’homme à accepter est la mort. La peur de la mort qui s’éleve de l’égoisme et de la vanité de l’homme ne peut pas être dissipé qu'en inventant l’immortalité. Il est possible qu’on se sente heureux si on aura capable de se sentir immortel. Mais on peut se demander si la peur de la mort soit ainsi remplacé par une autre crainte continuelle et tourmentante - la crainte qui s’éleve maintenant de la méfiance contre la notion de l’immortalité.